Tafou.com
Tu es ici : Accueil » mai 2010

Fêtes de Condom 2010

L’approche de l’été (si si je vous assure que les beaux jours sont en théorie devant nous!) annonce le retour des fêtes et l’ascension (ouai en faite, je raconte n’imp, c’est lors du 2ème week-end de mai), celui des fêtes de Condom.

Cette année (vous pouvez lire mon article sur les fêtes de Condom 2009 ici) nous avons décidé de partir beaucoup plus tôt le samedi afin de profiter pleinement de l’après-midi et du début de soirée. Pas de couchage dans la voiture cette année en partie à cause du froid et cela permet aussi de ne pas être complètement cassé le lendemain.

Très bonne édition, le beau temps temps a finalement été au rendez-vous et nous avons pu bien profiter des différentes bandas (les fêtes de Condom sont avant tout un festival de bandas).

Je vous laisse découvrir les photos:

Petit bilan 2009

Non ce site n’est pas tombé à l’abandon, non j’ai toujours internet et oui je suis toujours en vie (enfin je sais pas si beaucoup de monde s’est posé la question…). Décembre a été plutôt chargé avec pas mal de projets à boucler pour la fin de l’année puis il y a eu les fêtes de fin d’année. J’avais bien prévu d’utiliser mon temps de vacances à remplir un peu ce site mais bon vous savez ce que c’est quand on passe les fêtes en famille. Nourriture, alcool, ballade, dodo et on recommence 🙂 On ne va pas se plaindre tout de même!

Enfin bon, nous voilà début janvier et avant de vous souhaiter les diverses félicitées de bonne année, j’avais envie de faire un petit bilan de mon année 2009.

Immersion totaleTout d’abord sur le plan personnel, ma première année dans le sud-ouest s’est plutôt bien passée. Je me suis bien accommodé à la vie de couple, j’ai connu pas mal de personnes très sympa grâce au Carnaval Biarnés et surtout j’ai tout particulièrement travaillé mon adaptation local: fêtes de Condom, fêtes de la Pentecôte à Vic, Carnaval Biarnés, fêtes de Pampelune, fêtes de Mont-de-Marsan, fêtes de Bayonne, etc tout en travaillant mon palais savoyard à (petites?) touches de confits de canard, fois gras, piments doux, piperades, garbures, … Avouons-le: ce n’a pas été toujours facile! 😉

Cyril Bosson - Création sites internetEnsuite sur le plan professionnel, l’année 2009 restera l’année du changement. Exit l’emploi de salarié, les horaires de bureau et les places de parking gratuites si difficiles à obtenir et bonjour micro-entreprise et télé-travail (boulot à la maison). 2009 a donc commencé avec la création de « Cyril Bosson – Création site internet » (ouai bon le nom n’est pas trop branché mais en France on ne peut pas donner de nom spécial à une micro-entreprise) et malgré quelques remues-méninges administratifs, l’opération est un succès et est reconduite sans réfléchir pour 2010. A noter que mon côté « geek » à grandement contribué au bon déroulement de cette année en ne ressentant jamais une once de solitude ou d’isolement (ah! Passion informatique quand tu nous tiens!). En passant, vous pouvez aller faire une petit tour sur mon site pro (www.cyrilbosson.com) histoire de voir ce que je fais et, on sait jamais, en parler autour de vous (je travaille sans problème malgré la distance).

Comme vous pouvez le constater, cette année 2009 n’a pas été de tout repos et restera pour moi comme une « année à changements ».

Enfin, je ne vous fait ni prévisions, ni promesses, ni bonnes résolutions pour 2010, je vous souhaite simplement une bonne année, bonne santé, et tout et tout pour que vous soyez heureux dans la vie!

Fêtes de San Fermín 2009

san-fermin-2009

S’il y avait un fête à ne pas manquer c’était bien celle-ci! Avec environ 3 millions de personnes pendant 9 jours, San Fermín est souvent considéré comme la troisième fête au monde avec le Carnaval de Rio et la Fête de la bière à Munich!
Résumé de 24h en rouge et blanc. (oui bon d’accord, je n’ai pas encore l’équipement complet mais promis l’année prochaine j’achète pantalon blanc et ceinture rouge!)

Vendredi 10 Juillet

16:00 – Nous arrivons à la gare de Pau pour prendre le train jusqu’à Bayonne. Afin de ne rien se faire voler (ou perdre) à Pampelune, nous voyageons très léger: de l’argent liquide et la carte d’identité en cas de problème (oui c’est toujours bien de l’avoir en cas de contrôle, il ne faut pas oublier que Pampelune est dans un autre pays). N’ayant donc pas de carte bancaire, nous devons aller acheter nos billets au guichet …. où il y a une queue de 8km … merci les gens qui viennent se faire expliquer l’intégralité du réseau français et surtout merci les ingénieurs de distributeurs de billets de train qui n’ont toujours pas compris qu’en France il existe des billets de banque, si si c’est utilisé, je vous assure!
Heureusement pour nous, le train avait 10 minutes de retard ce qui nous a permis d’acheter les billets dans les temps. On passera sur le moment où la guichetière nous dit « Le prochain train est à 18h00! – Mais il a du retard et il n’est pas encore arrivé en gare! – Ah bon? Bon alors je peux vous faire le billet si vous arrivez à l’avoir … ». No comment …

17:45 – Arrivé à la gare de Bayonne et traversé de Bayonne pour rejoindre la place des basques.

18:30 – Notre bus « La Basque Bondissant » (ça s’invente pas!) arrive et charge les fêtards.

S’en suit deux heures de route bercés au son des voix douces d’un groupe de joyeux lurons … Attention, il est nécessaire de prendre cette dernière phrase au second troisième degré … Comment l’a dit une femme à côté de moi : « Y’en a qui ont été nourri au lance-pierre pendant leur enfance! »

21:00 – Arrivé à Pampelune. Ce qui est impressionnant dès l’arrivée c’est le nombre personnes habillées en rouge et blanc et surtout que cela touche toutes les tranches d’âges, du nourrisson dans la poussette jusqu’au couple de personnes âgées. Deuxième choc, le volume d’ordures disséminées dans tous les coins de la villes mais finalement, on se rend rapidement compte que cela n’est rien quand on voit le nombre de viandes saoules fêtards qui font la fête dans les rues.
Pendant les 7 heures suivantes, on se balade dans la ville, essayant de se frayer un passage dans la foule, allant d’un bar à l’autre pour boire un coup. L’ambiance est très chaude, ça chante, ça danse, ça boit mais étrangement ça ne se tape quasiment pas dessus: une certaine « philosophie » des fêtes que j’ai remarqué depuis que je suis dans le Sud-Ouest.
Au fur et à mesure que l’heure avance, les rues changent: les gens deviennent plus nombreux, plus bruyant mais surtout beaucoup plus alcoolisés. Vers les 3h3o, je vois un mec appuyé la tête contre le bar, je tourne la tête quelques instants et lorsque je le regarde à nouveau, je le vois (toujours dans la même position) uriner contre le bar … le lendemain Magali m’a dit qu’avant d’uriner, elle l’avait vu vomir de la même façon sur le bar … Pour continuer dans le trash, à 4h00 je regardais un français (encore un, le précédent l’était aussi … insortable ces français!) qui s’enfonçait des doigts dans la gorge pour vomir, bien sûr rien ne sortait à part de l’alcool pur … Il s’acharne et toujours de l’alcool pur … au bout d’un moment de répit, un autre gars arrive au même endroit, se baisse et ramasse victorieux une pièce de monnaie! (Vu la couleur, elle ne devait pas dépasser les 5 centimes …).
En parlant d’alcool, j’ai été halluciné devant l’organisation de certaines personnes qui se baladent avec un chariot ou une glacière rempli d’alcools. A un moment dans le soirée, une fille derrière moi finit son verre, là son pote pose ses sacs, lui prend son verre, sort des glaçons d’un sac, du jus du fruit et de la vodka d’un autre et en 30 secondes top chrono, sa copine avait à nouveau le verre plein!

Samedi 11 Juillet

04:30 – Cassé, on retourne au « parking des français », un parking où 95% des voitures sont françaises. On avait des copains qui avaient leur voiture ici pour dormir et l’avantage de ce parking est qu’il possède des sanitaires plutôt complets.

05:30 – Des voisins de voiture et connaissance du Carnaval Biarnès arrivent à leur tour. C’est un père et son fils qui font les fêtes depuis plusieurs jours. Top équipés, ils nous offrent du pâté maison et du gâteau d’une grand-mère. Ils vont même en offrir à un gars complètement mort qui rentre lui aussi des fêtes.

06:15 – Le propriétaire de la voiture étant de retour, nous nous offrons un peu de sommeil avant de repartir pour l’encierro.

06:45 – 30 minutes de « sommeil » à deux sur le siège passager d’une voiture, je ne pense pas que c’était la meilleure idée, enfin bon nous voilà repartis, cela nous aura au moins réchauffé le corps.

07:30 – On prend un petit-déjeuner léger alors qu’un grand nombre continue de boire de grands verres d’alcool. San Fermin ne semble jamais s’arrêter!

08:00 – Pauvres fous! Nous pensions voir l’encierro (la partie la plus connue de Pampelune: chaque matin, une petite dizaine de toros effectuent un trajet dans la ville en poursuivant une masse de fous-furieux! Résultat: des morts chaque année …) en nous installant à 07:00. Les abords sont pleins, les balcons aussi. Certains acrobates montent après les gouttières et les devantures de magasins pour apercevoir l’événement. Mais finalement tout ce passe très vite, en 2 minutes le convoi a rejoint les arènes et 10 minutes plus tard les bars ré-ouvrent.

09:00 – Exténués, nous attendons le bus à la gare routière. Heureusement, les gens sont beaucoup beaucoup plus calmes au retour et 75% du bus s’endort après le 3ème virage.

11:45 – Retour à Bayonne

14:00 – Enfin rentrés à la maison pour une bonne douche, un bon repas et une très grosse sieste! A l’année prochaine San Fermín!

Voici quelques photos:

PS: j’en ai sûrement oublié mais bon personne n’est parfait et puis il faut toujours en garder un peu pour animer les repas!
PPS: merci à tous ceux qu’on a rencontré à Pampelune, qui nous ont aidés, fait passer le temps, nourrit, amusés, etc